Interview d'ancien

Baptiste Cézard, diplômé du Bachelor océanographe-prospecteur

Baptiste Cézard, passionné par la prospection des fonds marins raconte son parcours. Rencontre avec un surveyor.

topographieQuel est votre parcours ?

J’ai obtenu mon baccalauréat scientifique et je suis entré au Cnam-Intechmer pour suivre la formation de Bachelor océanographe-prospecteur. J’ai continué mes études en effectuant un master en hydrographie à l’Université de Plymouth, au Royaume-Uni. Pendant mon cursus au Cnam-Intechmer, j’ai eu l’opportunité de réaliser 3 stages : l’un chez Cadden, société spécialisée dans la vente de matériel de géolocalisation et d’hydrographie, les autres chez Alda Marine, spécialisée dans le transport maritime et la Comex, compagnie maritimes d’expertises. Ces stages m’ont permis d’acquérir une bonne expérience du terrain dans plusieurs domaines comme la bathymétrie et la cartographie. A la sortie de mes études, j’ai été aussitôt embauché en CDI chez Boskalis, société experte dans le dragage, en tant que surveyor.

Quelles sont les missions d’un surveyor ?

Je travaille dans plusieurs champs professionnels tel que le dragage, l’installation d’éoliennes, les supports offshore… Je suis responsable de la réalisation d’acquisition de données bathymétriques et topographiques sur les chantiers de dragage, de la maintenance de mon équipement mais aussi de la maintenance de supports pour les dragues et matériels de positionnement. Avec l’expérience acquise, d’autres tâches m’ont été confiées comme les relations clients, la gestion de calcul de paiement (facturation du suivi du chantier).

Dans le cadre de l’installation d’éolienne, je m’occupe du positionnement et du contrôle qualité de leurs installations. A bord du navire, pendant la construction, je m’occupe des mesures pour prouver au client que l’éolienne a été positionnée comme indiquée dans le contrat et installée au bon endroit.

Selon les missions, je peux être également amené à mettre en place une plateforme pétrolière, des placements de station de forage, l’installation de support pour pipeline ou encore explorer les fonds marins dans le cadre de déminage. Depuis 10 ans, j’ai travaillé sur 15 projets différents dans le monde entier.

Dans quel domaine préférez-vous travailler ?

J’ai une préférence pour le dragage, les activités sont variées (bathymétrie, électronique, topographie, mécanique...) contrairement en offshore où les activités sont plus répétitives. De plus, les missions ne se déroulent pas 24h/24h en mer, le soir je peux rentrer sur la côte.  

Quelles sont les compétences à avoir pour devenir un bon surveyor ?

Un bon surveyor c’est quelqu’un qui est indépendant, capable de prendre ses responsabilités, prêt à embarquer sur de longues périodes dans le monde entier, avoir un bon esprit d’équipe et maîtriser l’anglais, voir même une deuxième langue.

Que retenez-vous des années d’études passées au Cnam-Intechmer ?

La bonne ambiance et les relations avec les enseignants-chercheurs qui sont toujours disponibles et à notre écoute.

Avez-vous un conseil à donner à nos étudiants ?

Ecouter en cours et écouter les expériences de tous les professionnels qui interviennent au Cnam-Intechmer, apprendre de leur expérience sur le terrain pour ne pas réitérer les mêmes erreurs de débutant. Et j’ajouterais d’être curieux, vouloir apprendre, ne pas attendre que cela tombe du ciel.